Qui est Satoshi Nakamoto, le créateur de Bitcoin (BTC) ?

7 minutes, 20 seconds Read
PseudonymeSatoshi Nakamoto
Lieu de vieInconnu, probablement un pays anglophone
Lieu de naissanceInconnu
OccupationDéveloppeur, cryptographe, cypherpunk
Fortune (estimation)1,1 million de bitcoins (BTC)
Date de disparitionJuin 2011

Vous vous demandez qui est Satoshi Nakamoto le créateur de Bitcoin? Alors disons le Satoshi Nakamoto est bel et bien le pseudonyme utilisé par le créateur du réseau Bitcoin. Il s’inspire du mouvement “cypherpunk” et des premiers travaux de blockchain, tels que le projet de preuve de travail Hashcash, dirigé par Adam Back. Satoshi Nakamoto traitait avec d’autres cypherpunks à l’époque, dont Hal Finney, et a publiquement mentionné Bitcoin sur le forum de la P2P Foundation en 2009. Un livre blanc sur Bitcoin a été envoyé à une liste de diffusion en 2008 et le lancement du réseau a été effectué le 3 janvier. 2009.

Sur son post du forum, Satoshi Nakamoto a ensuite présenté Bitcoin comme suit :  

« J’ai développé un nouveau système de monnaie électronique open source en pair à pair appelé Bitcoin. […] Essayez-le, ou regardez les screenshots et la documentation. »

À l’époque, Satoshi Nakamoto et les cypherpunks n’avaient aucune idée que Bitcoin deviendrait le géant qu’il est aujourd’hui et atteindrait à un moment donné une capitalisation boursière de plus de 1 200 milliards de dollars.

Satoshi a discuté un moment de Bitcoin sur le forum BitcoinTalk, puis a disparu. Son dernier message public, écrit le 26 avril 2011, peut offrir des indices sur les raisons pour lesquelles il a cessé de communiquer :  

« J’aimerais que vous arrêtiez de parler de moi comme d’une figure mystérieuse cachée dans l’ombre. La presse tourne ça sous l’angle d’une monnaiepour les pirates. A la place, mentionnez peut-être le projet open source et donnez plus de crédit aux contributeurs. Cela aide à les motiver. »

À l’époque, Wikileaks n’acceptait que les paiements en Bitcoin, et Satoshi Nakamoto dirait que cela a exposé le projet un peu trop tôt à son goût. De plus, un mois plus tard, en juin 2011, Gavin Andresen, l’un des principaux développeurs de Bitcoin, a accepté un rendez-vous avec la CIA pour discuter de Bitcoin. Cela ne plaira pas au créateur de la plus grande crypto-monnaie.

La disparition de Satoshi Nakamoto ne fait qu’entretenir l’image de “personnage mystérieux” qui semble le mettre très mal à l’aise. Et il a prédit une tendance continue dans la presse à voir le Bitcoin comme une monnaie frauduleuse. À la fin, Satoshi Nakamoto est parti et il a laissé derrière lui une fortune estimée à 1,1 million de BTC. Ces pièces n’ont jamais été touchées. Ils valaient 74,3 milliards de dollars lorsque Bitcoin a atteint un niveau record de plus de 67 600 dollars. 

L’indice laissé par Satoshi Nakamoto

Bien sûr, avec la montée en puissance de Bitcoin, des enquêteurs en herbe se sont penchés sur l’identité de Satoshi Nakamoto. Plusieurs indices ont été découverts, notamment sur ses messages. Rémi Forte, réalisateur de Mystère Satoshi, un documentaire sur le sujet à paraître sur Arte en 2021 avait été interviewé. Il a réalisé un portrait composite de Satoshi Nakamoto, à partir de Ses recherches :  

« C’est quelqu’un de très minutieux, de très cultivé. Il n’est pas attiré par l’argent puisqu’il n’a pas tiré profit de sa création. C’est un vrai punk, un cypherpunk. Pour le reste, il est difficile de dire s’il s’agit d’un homme, d’une femme ou d’un groupe de personnes. »

D’autres indices ont été recueillis par des curieux au fil des ans. En 2014, des chercheurs de l’Université Ashton de Birmingham ont mené une analyse linguistique des messages publiés par Satoshi Nakamoto. Ils ont comparé 11 candidats potentiels au titre de Satoshi Nakamoto, dont Jed McCaleb, Gavin Andresen et Hal Finney. Selon eux, l’indice pointe vers Nick Szabo, un cryptographe américain spécialisé dans l’étude des contrats numériques et des monnaies numériques.

Mais certaines personnes pensent que Satoshi Nakamoto sera britannique. Un indicateur recueilli par The Chain Bulletin a établi cette hypothèse. La publication a examiné le fameux message maintenant enregistré dans le premier bloc de Bitcoin, qui est le titre d’un article du Times :  « Chancellor on brink of second bailout for banks »

Cette formulation n’apparaîtra que dans la version imprimée du journal, la version Web utilisant une phrase légèrement différente. Cela indique que Satoshi Nakamoto avait accès à la version physique à l’époque.

Autre indice :
L’heure de publication de Satoshi Nakamoto. Ils correspondent aux fuseaux horaires du Royaume-Uni, ou du moins à une personne éveillée pendant la journée dans ce pays.

Mais le créateur de Bitcoin a-t-il intentionnellement caché ses traces ? C’est l’interprétation faite par l’équipe de chercheurs d’Ungeared en 2020. Ils ont analysé le style d’écriture de la personne derrière le pseudonyme. Et ils montrent qu’elle a écrit les mots tantôt en anglais, tantôt en américain :  

« L’orthographe de Satoshi était incohérente en termes de choix d’anglais américain ou britannique. […] Il y a aussi plusieurs cas où Satoshi a utilisé des normes d’orthographe différentes au cours de la même journée, ou même au sein de la même publication. »

D’où une conclusion :
Satoshi Nakamoto modifiera prudemment l’orthographe des mots afin de ne pas trop en dire sur sa situation géographique.

 

L’anonymat de Satoshi Nakamoto : Un avantage pour Bitcoin ? 

La disparition de Satoshi Nakamoto a-t-elle été la meilleure chose qui soit arrivée à Bitcoin ? C’est une idée défendue par de nombreux membres de la communauté. La crypto-monnaie a été créée avec l’idéal d’une décentralisation absolue, qui, selon certains, fonctionne mieux sans un personnage fort au sommet, contrairement à d’autres projets comme Ethereum (ETH) tels que.

Pour Rémi Forte, cela permet au Bitcoin d’éviter certains écueils des projets plus centralisés :

« Un personnage central aura un gros impact, il peut être blâmé pour tout, il aura indirectement ou indirectement un énorme pouvoir de décision sur Bitcoin. »

Bien sûr, les individus ont une responsabilité considérable dans l’entretien du réseau. C’est par exemple le cas de Wladimir van der Laan, le développeur principal du réseau Bitcoin, qui a pris sa retraite à l’été 2022. Mais ces rôles restent assez privés en termes de publicité.

Nous ne pouvons que spéculer sur les raisons pour lesquelles Satoshi Nakamoto a prôné son anonymat. Évidemment mal à l’aise de représenter le réseau seul, il a peut-être aussi eu d’autres considérations :

  • Éviter les conflits d’intérêts. Être une personnalité publique peut soulever des questions de neutralité. Un seul message ou tweet peut avoir un effet significatif sur le prix d’une crypto-monnaie. Les exemples sont légions dans l’écosystème, comme le cas d’Elon Musk et Dogecoin (DOGE).
  • Éviter les éventuels problèmes juridiques. Le bitcoin et les crypto-monnaies en général attirent l’attention des régulateurs de toutes sortes. Les personnes qui essaient de créer des alternatives aux monnaies fiduciaires sont parfois poursuivies. Et les projets de crypto-monnaie peuvent être utilisés pour des activités illégales. C’est le cas par exemple du créateur présumé de Tornado Cash, arrêté en août 2022.
  • Évitez le culte de la personnalité. Comme nous l’avons vu, certains individus crypto ont un statut particulier auprès des investisseurs. Cela va à l’encontre des idées défendues par Satoshi Nakamoto, qui souhaitait clairement mettre en avant le travail des contributeurs plutôt que le sien. Sans aucun doute, c’est une combinaison de toutes ces raisons qui a contribué à ce choix de Satoshi Nakamoto.

Du côté des anti-Bitcoin, on avance parfois que l’anonymisation de son créateur peut nuire à la sécurité du réseau, mais ces arguments ne sont pas vraiment acceptés.

En effet, tout ce qui s’est passé depuis la création de cet actif crypto est inscrit dans sa blockchain. De plus, il est impossible de falsifier les informations inscrites à l’intérieur. En plus de cela, Bitcoin n’a jamais été piraté depuis sa création. Certaines arnaques ont eu lieu, mais toujours au niveau de la plateforme d’échange ou lorsque les utilisateurs se font arnaquer, jamais au niveau du protocole lui-même. Jusqu’à présent, on estime que ce dernier ne peut être touché que via une attaque à 51%, bien que d’autres vecteurs inconnus soient bien sûr possibles. Par conséquent, le fait que Satoshi Nakamoto n’ait jamais révélé son identité n’est pas un problème d’un point de vue sécuritaire. 

 

Des Postes Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ouvrir le tchate
Besoin d'assistance
Hello!
Ecrivez moi directement ici